29

MAI

La consultation d'informations, l'utilisation de contenus multimédias et l'interaction avec ses propres contacts sont des opérations que chacun accomplit chaque jour. Habituellement, ce type d’action implique l’utilisation d’un appareil équipé d’un écran affichant des mots, des images ou des vidéos, à contrôler par des entrées attribuées par le biais d’un clavier, d’une souris, d’un écran tactile ou de commandes vocales. Les technologies liées à la réalité augmentée font  évoluer ce concept, surtout en ce qui concerne la vision des données, en les superposant à ce qui entoure l'utilisateur plutôt que de le forcer à regarder un support visuel.

Comment naît la réalité augmentée ?

Avant d'être utilisé dans l'environnement mobile, avec des applications pour les smartphones et tablettes ou des visières à porter, la réalité augmentée (RA) a été introduite dans des domaines spécifiques tels que la recherche, la médecine ou le secteur militaire. Il suffit de penser, par exemple, aux affichages tête haute (HUD) équipés d’aéronefs de combat, qui fournissent au pilote des informations telles que la distance par rapport à la cible ou l’inclinaison de l’avion, lui permettant de garder le regard fixé sur ce qui se trouve devant lui. .

Layar est l'une des premières applications mobiles à exploiter cette approche. C’est un logiciel qui, exploitant les informations de géolocalisation fournies par le module GPS de l’appareil et les couplant à l’orientation de l’écran identifiée par l’accéléromètre ou le gyroscope, permet à l’utilisateur de cadrer l’environnement environnant à travers la caméra, en affichant les icônes correspondantes aux points d’intérêt proches, exactement dans la direction dans laquelle ils se trouvent. 

Cela peut être utile lorsque vous recherchez un restaurant, de savoir où aller pour vous y rendre ou de connaître en temps réel la position des autres personnes dans les environs.

Google Glass

Le dispositif antiradar dont nous avons le plus parlé ces dernières années est sans aucun doute Google Glass. Conçu par l'équipe X Lab du moteur de recherche, il s'agit essentiellement d'une lunette portable qui affiche des informations et des données dans le champ de vision, à l'aide d'un petit écran placé au-dessus de l'œil de l'utilisateur. Initialement un concept, puis un appareil accessible uniquement aux développeurs inscrits au programme Explorer, le produit a jusqu'à présent eu du mal à franchir les dernières étapes en vue d'une commercialisation à grande échelle.

Google, qui travaille depuis des années dans le but de perfectionner le design et les fonctionnalités, a appelé à plusieurs reprises à un changement de stratégie au sommet du projet, dans le but d’accélérer son développement et d’atteindre un lancement sur le marché. En ce qui concerne les fonctionnalités, l’intégration profonde avec les appareils Android est certainement la principale force des lunettes, car en communiquant avec les smartphones et les tablettes, elles peuvent afficher les notifications, messages, instructions, mises à jour des réseaux sociaux et des utilisateurs, beaucoup plus, sans le forcer à toucher l'écran tactile.

 

       

 

 

La caméra intégrée, utile à la fois pour prendre des photos et pour enregistrer des vidéos, peut être activée par des commandes vocales. Plusieurs acteurs ont ciblé cette fonctionnalité au fil du temps: certains considèrent par exemple qu’elle constitue une menace pour la vie privée , tout le monde pouvant être immortalisé à son insu, alors que d’autres pensent qu’ils peuvent ouvrir la voie à de nouvelles pratiques en matière de piratage des médias, par exemple en portant Google Glass  dans une salle de cinéma pour tourner le film puis le diffuser illégalement sur Internet.

Microsoft HoloLens

Lors de l'événement dédié à la plateforme Windows 10, la société Redmond a surpris tout le monde en annonçant Microsoft HoloLens. Dans ce cas, l'approche de la réalisation et de l'interaction avec le contenu est différente, car on utilise des hologrammes ou des images en trois dimensions affichées via un affichage spécial dans l'environnement, en tenant compte de la perspective et du point appropriés. D’observation. 

 

          

 

 

Le visualiseur, basé sur la technologie  Windows Holographic, a été conçu en collaboration avec la NASA et représente une plate-forme ouverte pour tous les développeurs souhaitant créer un logiciel exploitant son potentiel au moyen d’API spéciales. Du point de vue matériel, il s’agit d’un ordinateur sous tous ses aspects, doté d’un processeur, d’un GPU, d’un HPU (unité de traitement holographique), de capteurs de mouvement, d’un microphone et d’une caméra vidéo d’une profondeur comparable à celle du contrôleur de mouvement Kinect. 

L'opération est assez complexe: les photons qui frappent les lentilles traversent les couches de verre bleu, vert et rouge pour atteindre finalement le fond des yeux. Les particules de lumière, qui traversent le Light Engine de l'appareil selon un certain angle, donnent vie à l'hologramme affiché par l'utilisateur.

Sony SmartEyeglass

 

       

 

 

Moins élégantes en termes de design que Google Glass, les fonctionnalités offertes par Sony SmartEyeglass  sont encore comparables à celles du périphérique bigG. Tenant compte de la version SED-E1 pour les développeurs, les modules Bluetooth et Wi-Fi pour la connexion à un smartphone sont placés à l'intérieur, en plus des objectifs dotés de la technologie Holographic Waveguide pour l'affichage d'informations.

Ne manquez pas une caméra, un accéléromètre, un gyroscope, une boussole, un capteur de lumière, un haut-parleur, un microphone, une puce NFC, un capteur tactile et une batterie offrant une autonomie allant jusqu'à 150 minutes. Dans ce cas également, le succès du projet SmartEyeglass sera déterminé en grande partie par le soutien que les développeurs choisiront de fournir aux lunettes , réalisant des applications sur mesure pour exploiter les fonctionnalités.

AR et le potentiel pour l'avenir

Les trois dispositifs qui viennent d'être énumérés représentent autant d'essais visant à commercialiser des produits basés sur les technologies de réalité augmentée. Ce sont des concepts que l’on peut qualifier jusqu’à présent d’expérimentaux, comme en témoigne l’implication des développeurs et des geeks des communautés dans les phases de conception et d’amélioration, indispensables pour recueillir des informations en retour dans le but d’améliorer la conception et le matériel. 

En pensant à l’ avenir, il est déjà possible d’imaginer certaines des utilisations possibles de la RA dans la vie quotidienne.

Dans le domaine médical, le personnel hospitalier pourra consulter les dossiers médicaux des patients sans avoir à interrompre leur travail. Un scénario intéressant, si l’on pense par exemple au contexte d’une salle d’opération, où les chirurgiens peuvent poursuivre l’opération en consultant les informations nécessaires sans avoir à prendre les mains ni à détourner le regard des manœuvres en cours. En restant dans la sphère professionnelle, les pompiers seront en mesure de connaître avec précision l'emplacement des bouches d'incendie, même avant d'atteindre le lieu de l'incendie, tandis que les agents de la circulation de l'aéroport pourront vérifier la liste des aéronefs en partance et à l'arrivée tout en maintenant les yeux rivés sur les pistes de décollage et d'atterrissage.

En ce qui concerne le grand public et le divertissement, les systèmes AR ouvrent la voie à des fonctionnalités intéressantes, telles que l'affichage de statistiques dans le champ visuel lors d'un match de sport ou l'interaction avec des jeux vidéo qui placent des personnages virtuels autour pour la maison. Tout cela sans tenir compte de la traduction des panneaux et des écritures en temps réel ni du chevauchement des indications de conduite sur le parebrise des voitures. 

En résumé, nous n’avons commencé jusqu’à présent qu’à cerner le véritable potentiel de la réalité augmentée. On peut s'attendre à l'arrivée d'une véritable révolution dans les années à venir.

Réalité augmentée et réalité virtuelle

 

 

 

 

Il est bon de ne pas s'embrouiller en risquant de confondre réalité augmentée et réalité virtuelle. Il s’agit en fait de deux approches différentes de l’utilisation et de l’interaction avec les contenus, qui se différencient également par le type de technologie utilisée. 

Bien que les deux reposent sur la visualisation d'informations dans le champ visuel, ils présentent une différence substantielle: le premier superpose des images et des textes sur ce que l'utilisateur voit autour de lui, sans le masquer complètement, tandis que le second annule complètement ce qui se trouve dans le environnement réel, donnant le sentiment d'être dans un autre endroit, complètement recréé autour des yeux du spectateur.

Par exemple, le visualiseur Oculus Rift, les concurrents Samsung Gear VR  et le  projet Morpheus créé par Sony pour la console de jeu vidéo PlayStation 4 sont des exemples d’appareils dédiés à la réalité virtuelle. 

Google est également actif dans ce domaine, comme en témoignent le lancement du projet de carton à faible coût et le partenariat avec Mattel pour la nouvelle édition du jouet View-Master. 

En résumé, il s’agit de produits qui plongent l’utilisateur dans une dimension virtuelle, avec un potentiel considérable, en particulier du point de vue du divertissement.

Partager sur :